ARCHIVES

Logo de l'association.


ARCHIVES

Retour au Sommaire



Sur cette page vous pourrez consulter tous les anciens articles de plus d'un an.




SORTIE D’AUTOMNE du 21 Octobre 2017



Nous étions une petite cinquantaine ce matin là à prendre le chemin de cet établissement bien connu de la région lyonnaise.
Tous étaient venus pour retrouver des amis et faire un bon repas mais aussi pour entendre un chanteur bien connu de tous, Michel MONACO déjà rencontré dans une précédente sortie et qui avait laissé un merveilleux souvenir.


photo

On voit une photo de la salle de restaurant avec des convives à table

photo

Une table de convives


Après retrouvailles et embrassades, il nous fut servi le traditionnel kir pétillant accompagné d’amuse-bouche variés pour mettre tout le monde dans une ambiance chaleureuse, puis un délicieux foie gras entouré de sa poire pochée au vin rouge et tranches de pain d’épices, suivi d'un râble de lapereau désossé au milieu de pois gourmands, champignons et petit pâté de gratin dauphinois enveloppé d’une feuille de chou, l’ensemble très goûteux et fort apprécié de tous.
Tout cela suivi de fromages blancs ou secs et, en dessert, un framboisier qui régala tout le monde avant un très bon café servi encore avec des petits moelleux au chocolat pour le bonheur des plus gourmands. Vins blanc et rouge accompagnaient ces délices et l’ambiance vite montée ne retomba jamais.
D’autant qu’entre chaque plat, Michel nous régalait de ses chansons françaises reprises par tous dans la plus grande joie.



photo

Michel Monaco fait chanter Anita

photo

tout le monde frappe dans ses mains en levant les bras




Comme toujours cet artiste, sensible et généreux, s’attardait auprès de chacun des non-voyants avec son micro pour le faire participer de plus prêt, lui donnant ainsi, momentanément, une importance dans l’assemblée et lui faisant oublier son handicap.
De grands moments d’émotion ont été vécus par tous les accompagnants Auxiliaires.
Après le café, Michel mit quelques musiques dansantes et tous les amateurs se sont retrouvés sur la piste, virevoltant et chantant dans la joie la plus communicative.


photo

photo d'un couple de danseurs

photo

Michèle danse avec Michel Monaco

photo

Michel Monaco fait chanter Josette



Et, comme toujours, l’heure de la séparation est venue mais chacun est reparti avec un cœur léger et des souvenirs plein la tête.




Ghislaine Clavel, Auxiliaire.


====================================

Samedi 20 Mai 2017 : Journée dans les gorges de la Loire



Dès 7H du matin, Régine SALLE était sur la place Maréchal LYAUTEY et Nicole CACHARD l’a rejointe pour guider tous les participants qui arrivaient soit par taxi, soit par OPTIBUS, soit par le métro à la station Foch. A 8H15, tout le monde était là.
Bonne route avec un chauffeur très sympathique.
Nous sommes arrivés à Roche La Molière pour visiter la Miellerie des Gorges de la Loire. L’apiculteur nous a donné des explications bien imagées. Elles nous ont permis de mieux connaître l’organisation extraordinaire à l’intérieur d’une ruche et comprendre tout le travail qui doit être mené en respectant la vie des abeilles.



photo

On voit l'apiculteur qui explique la vie des abeilles


A la fin de la visite, chacun a pu acheter des produits à l’espace de vente directe. Une grande variété de miels était proposée ainsi que les produits issus de la ruche (gelée royale, propolis, pollen, cire).

Ensuite, nous avons repris le bus pour aller au port de plaisance de St Victor sur Loire. Nous avons pris place à bord du bateau "Le Grangent" pour une croisière commentée jusqu'au barrage de Grangent et ainsi faire le tour du plan d’eau entre les gorges de la Loire.
Nous étions très bien installés, des tables bien conviviales, un plan d’eau sans vagues, un très bon repas pendant lequel une animatrice nous décrivait les paysages et racontait toute l’histoire de cette région.



photo

Vue de l'embarccadère à Ste Victoire sur Loire

photo

photo du repas sur le bateau


photo

Le guide commente la croisière



Après l’accostage, nous avons repris le car pour aller visiter la source Badoit à St Galmier. L’animateur nous a expliqué tout l’historique de l’exploitation des sources de St Galmier.
La création de la marque remonte à 1778, cette date figure sur toutes les étiquettes des bouteilles. Monsieur Auguste Saturnin BADOIT, qui a racheté les sources, lui a donné son nom.
Cette eau est naturellement gazeuse. Elle tient une place importante en France dans le marché des eaux minérales. Elle est aussi exportée dans le monde entier.

Au moyen d’un petit film, le guide nous a aussi expliqué l’évolution du métier qui est passé du bouchonnage liège de bouteilles en verre, aux petites bouteilles en plastique.



photo

Arrivée sur le site de Badoit à ST Galmier

photo

Maison historique de Badoit (musée)



Régine a profité du retour pour nous faire toucher la maquette en résine du Musée des Confluences, dont la réalisation a été pilotée par le Comité Louis-Braille, en nous donnant toutes les explications pour que l’on se représente l'architecture si particulière de ce bâtiment.
En tant que nouveau Président, je tiens à remercier le bureau qui a si bien su organiser ce voyage en fonction des particularités de chacun d’entre nous.

J’ai aussi admiré les qualités humaines des 17 « Auxiliaires » qui nous accompagnaient, chacun d'eux pilotant deux aveugles. Ce fut une très bonne journée de découvertes enrichissantes.




François YON



EXCURSION à VULCANIA Le 4 JUIN 2016



Il fait bien gris et pas très chaud ce samedi matin là mais nous sommes nombreux, presque soixante, pour aller découvrir les mystères des volcans. Peu importe le temps d’ailleurs, puisque nous devons passer notre journée sous terre.
Après deux heures de route, nous arrivons à 1000 mètres d’altitude dans un brouillard assez épais. Mais nous trouvons sur le site une équipe d’animateurs chaleureuse et accueillante qui nous prend en charge aussitôt. Ceux qui peinent à marcher ou rester debout sont installés dans des fauteuils roulants afin de suivre la visite comme tout le monde, et nous sommes équipés d’audiophones pour pouvoir entendre les commentaires de nos guides.



photo

Une photo des personnes à l'arrivée


Nous apprenons ainsi que le site de Vulcania n’est pas installé dans le cratère d’un volcan mais a été creusé de toute pièce dans une coulée de lave de 60 m d’épaisseur.
Notre visite commence par une animation dynamique qui nous présente, sur écran géant, le vol des aigles dans le massif des puys. Nous sommes installés six par six dans des nacelles qui vont bouger en fonction du vol des oiseaux, soit vers le bas quand ils plongent dans la vallée, soit vers le haut quand ils regagnent les sommets. Tous ces mouvements nous sont décrits par Maïté, à qui les animateurs ont confié le micro, avec un tel réalisme que nous avons pu ressentir les mêmes sensations que les voyants. Un très beau spectacle présentant de superbes oiseaux devenus très rares à observer et dont les populations, grâce à la protection de l’environnement, commencent à augmenter.



photo

Vol d'aigles



Puis nous sommes invités, dans une autre salle, à découvrir, encore sur écran géant, avec commentaires de Maïté toujours, les différents types de volcans et leurs effets sur l’environnement. Des effets spéciaux, visuels pour les voyants grâce à des lunettes 3D, mais aussi sensitifs pour les non voyants en nous projetant de l’eau au visage, quand un geyser jaillit et des souffles dans les mollets pour nous faire croire que des serpents nous passent sous les jambes.
Nous avons appris à cette occasion qu’il existe deux sortes principales de volcans et qu’elles ont existé toutes deux en Auvergne. IL s’agit des volcans :
1) EXPLOSIFS qui libèrent brutalement gaz et cailloux en fusion après une lente poussée intérieure du magma. Ces volcans là sont très dangereux et destructeurs. On les appelle Volcans Gris. Ce fut le cas du Puy de Dôme dont le sommet est arrondi par accumulation de ses projections puis le travail de l’érosion par la suite. Le plus connu de tous est le VESUVE qui a détruit Pompéi et Herculanum en 79 après JC.



photo

Représentation d'une erruption


2) EFFUSIFS, ou volcans rouges, aux éruptions plus calmes qui émettent des laves fluides sous forme de coulées. Ceux là ne sont pas dangereux car les populations ont le temps de prendre leurs dispositions pour éviter d’en souffrir. Ils laissent les cônes que nous appelons cratères et sont nombreux en Auvergne, tel le puy de Côme avec son double cratère. On connaît aujourd’hui un volcan de ce type toujours en activité, le Piton de la Fournaise, sur l’Ile de la Réunion.
Quand de l’eau se mêle au magma, il se forme ce qu’on appelle un MAAR, c’est à dire un cratère rempli d’eau. C’est le cas du célèbre LAC PAVIN en Auvergne.


Tout imprégnés de cette science, nous sommes remontés à la surface pour nous diriger vers le restaurant ou nous fut servi un excellent déjeuner fort apprécié de tous et qui nous permit de reprendre des forces pour la suite.



photo

une photo prise pendant le repas



L’après midi nous avons participé à une animation qui nous a emmenés vers des Volcans du monde entier puis vers des maquettes où nous avons pu toucher et apprécier les différences entre volcans gris (Puy de Dôme) et volcans rouges ( Puy de Côme).



photo

Maquette de la chaîne des Puys


photo

On voit une main se promenant sur la maquette tactile


Enfin, un petit tour rapide à la boutique pour ramener quelques souvenirs et, déjà, le car nous attend pour rentrer.
Encore une fois cette sortie des Auxiliaires aura fait plaisir à tous par la richesse de la visite et le plaisir de se retrouver tous.


Ghislaine Clavel



=========================

Sortie des Auxiliaires du 10 Octobre 2015



Il n’était pas prévu d’aller bien loin ce jour là mais de se retrouver dans un bon restaurant à Saint Genis-Laval avec animation musicale.



photo

Une photo des convives à table




Quand tout le monde fut arrivé, on nous servit un apéritif accompagné de nombreuses gourmandises lyonnaises puis le repas débuta par un délicieux foie gras apprécié de tous, suivi d'une gigolette de pintade très goûteuse et les fromages secs ou blanc suivant le choix de chacun, toutes ces bonnes choses arrosées de vins blanc et rouge régionaux.
Le repas se termina parune assiette gourmande comprenant un petit carré de moelleux au chocolat, une mini tartelette aux abricots, un macaron et une crème caramel, le tout couronné par un bon café. C’est vous dire si les papilles ont été réjouies !




photo

on voit Monsieur Godgo au micro

photo

Nicole Cachard avec l’animateur M.Delly


Pendant ce temps, Lucien Delhy et Sultana meublaient les attentes en chansons, entrainant tout le monde à l’accompagner ou faisant chanter quelques uns en particulier.



photo

On voit Nadia en train de chanter!

photo

photo de Marc Haushalter qui termine le tour de chant


L’ambiance fut très chaleureuse et détendue et chacun reprit le chemin de chez soi avec du bonheur plein la tête.


=================================

SORTIE DU 20 JUIN 2015 de la DÉLÉGATION DE LYON


C’est vers une destination très prisée de notre région Rhône Alpes que nous nous dirigeons ce matin du 20 Juin 2015 : le lac d’Annecy où nous attend une croisière-déjeuner de 2 heures et demie.
Nous arrivons vers 11h30 et avons le temps de nous promener le long du lac en attendant de monter sur ce beau bateau baptisé « Libellule ».
Il règne une ambiance de ville d’eaux où priment la détente et le confort. Les pédalos sont prêts à nous accueillir et nombre de petits bateaux nous donne envie de naviguer sur le lac.



photo

Promenade au bord du lac avant l'embarquement

photo

Bateau Le Libellule à quai

photo

Convives à table dans le bateau



Mais le « Libellule » vient d’ouvrir ses portes et nous invite à prendre place dans une belle salle à manger panoramique à la poupe du bateau. Il nous est servi un délicieux repas débuté par un apéritif et terminé par un succulent dessert au chocolat servi dans une assiette décorée d’une libellule en chocolat.


Pendant ce temps là, nous avons navigué sur le côté ouest du lac avec des commentaires sur les différents villages et la montagne du mont Semnoz pour arriver au Bout du Lac (c’est le nom de la commune qui s’y trouve) surplombé par le massif des Bauges, nous avons tourné pour remonter le long de la côte est du lac.
Nous admirons le village de Talloires au bord du lac, connu de tous à Lyon pour son fameux restaurant du Père Bise. Ce village est surmonté par la « Tournette », le plus haut sommet rocheux dominant le lac.
C’est un lieu de villégiature très prisé des touristes de toutes nationalités. Puis nous découvrons la commune de Menthon Saint Bernard surmontée de son Château où vécut Le Saint du même nom bien connu, fondateur des hospices du Petit et Grand Saint-Bernard.



photo

vue de Talloires dominée par "La Tournette"

photo

Château de Menthon Saint-Bernard


Nous revenons tout doucement au port car notre périple prend fin et personne ne l’a trouvé trop long tant il y avait à découvrir en même temps que déguster.


Nous reprenons donc notre car qui nous conduit maintenant chez PACCARD le célèbre fondeur de cloches. Là, nous est montré un film relatant la fabrication de la plus grosse cloche du monde (33 tonnes, haute de 3m50 et 3m80 de diamètre) baptisée « Cloche de la Paix », commandée par un américain et pour laquelle il a fallu mobiliser des locaux des chantiers de St Nazaire, les ateliers savoyards n’ayant pas la capacité suffisante pour cette géante.
Nous découvrons là Monsieur Paccard, son fils et son petit fils qui travaillent tous dans ce beau métier. Cet atelier a été créé après la Révolution et s’est maintenu depuis dans la famille. Le petit fils est aujourd’hui la 7ème génération et il nous a été dit que la 8ème vient de naître.
Après le film, nous nous sommes dirigés vers les ateliers où nous sont expliquées les différentes étapes de la fabrication d’une cloche : moules successifs emboités entre lesquels sera coulé le métal en fusion, ce métal étant du bronze constitué de 72 % de cuivre et 28% d’étain.



photo

Photo des trois moules nécessaires pour fabriquer une cloche

photo

four pour la fusion du métal


Après refroidissement du métal, la cloche est libérée de ses moules et polie jusqu’à devenir brillante. Elle est alors retournée pour exécuter un travail délicat qui consiste à enlever du métal à l’intérieur jusqu’à obtention de la note choisie mais il ne faut pas faire trop vite car il n’est plus possible de rajouter du métal si on en a trop enlevé. C’est un travail de grande précision qui force notre admiration.



photo

cLe carrillon

photo

cloche installée dans le musée

Pour conclure cette intéressante visite, nous entendons un petit concert de carillon, ensemble de cloches de différentes dimensions ayant chacune leur note, ce qui permet des effets musicaux.
Et c’est avec les oreilles enchantées que nous sommes invités à reprendre notre car pour rentrer à Lyon où nous sommes arrivés après des hourras et applaudissements nourris manifestant la joie de tous d’avoir participé à une aussi belle journée.


Ghislaine CLAVEL


=========================


SORTIE DES AUXILIAIRES DU 11 OCTOBRE 2014



Le ciel est chargé en ce matin du 11 octobre et nous arrivons bardés d’imperméables et de parapluies tant il a plu toute la journée de la veille.
Mais, petit à petit, en route vers Montélimar, le ciel se dégage et c’est sous le soleil que nous arrivons au Palais des Bonbons, 1ère étape de notre journée.



photo

intérieur de la bonbonnière avec tous les produits


L’entrée ressemble à une grande bonbonnière et, après remise à chacun de bonbons et nougats, nous sommes invités à parcourir un petit musée présentant divers aspects.
Tout d’abord un diaporama nous présente la fabrication du sucre à partir de la betterave puis nous découvrons différents tableaux composés avec des bonbons, dont une reproduction de la Joconde à laquelle on a mis une sucette en main et une des tournesols de van Gogh.
Plus loin un rappel historique des différentes gourmandises sucrées depuis le 19ème siècle à l’aide des réclames d’époque :
on y retrouve La Pie qui Chante, Haribo et autre Malabar. Une grande carte de France nous rappelle les spécialités bonbonnières de chaque région comme les Bêtises de Cambrai, les Pralines de Montargis, les Berlingots de Carpentras et les Nougats de Montélimar.
Une autre carte du Monde nous expose les gourmandises d’ailleurs.
Puis une salle nous invite à deviner des odeurs que l’on s’injecte dans les narines en actionnant une petite poire.
On y a trouvé le caramel, la réglisse, le citron, la fraise et encore la pomme. Cela nous a bien amusés mais nous n’avons pas tout reconnu. La salle suivante nous présente, tout en chocolat, les différentes étapes de la fabrication d’un œuf en chocolat ainsi que de très beaux sujets réalisés en chocolat : deux chevaux caracolant, un plateau de fromage plus vrai que nature et le buste d’Emile Loubet. Admirable !



photo

2 chevaux caracolant en chocolat et plateau de fromage


Plus loin, un diaporama nous décrit le cheminement du sucre dans notre organisme et son utilisation. Très intéressant !
D’autres salles nous présentent un village provençal avec ses santons, poupées et jouets d’antan et un hommage à la RN7 qui fit la renommée de Montélimar et de ses nougats avant l’autoroute.


Les photos suivantes sont en hommage à la nationale 7


photo

file de voitures d'époque dont une 2CV et une moto

photo

décor d'une station service avec poste à essence et pompiste

photo

devanture d'un relais des routiers avec un routier en train de boire sur la terrasse

photo

Auberge de la poste avec des personnages à l'intérieur


On y présente des voitures anciennes dont la 2CV avec les anciennes stations service, une vieille auberge sous le platane régional.
Ce circuit se termine, bien sûr, dans une boutique fort colorée où chacun donne libre cours à ses envies de gourmandises. Les nougats sont évidemment les préférés et c’est les bras chargés que nous sortons de ce labyrinthe du Palais des Bonbons.
Dehors un grand soleil nous accueille et nous nous dirigeons vers le restaurant où un bon repas de spécialités régionales nous est servi.
Petite halte fort appréciée de tous avant de reprendre le car en direction du centre de Montélimar.
Là, le petit train touristique nous attend pour nous faire faire un tour en ville sous un soleil éclatant et chaud. Nous découvrons un beau parc, le théâtre et quelques belles maisons du siècle dernier.



photo

les participants dans le petit train à la découverte de la ville.


Après quelques minutes de temps libre, nous reprenons notre car conduit par une charmante dame, Valérie, très dévouée envers tous nos non-voyants et qui a gentiment agrémenté notre promenade.
Et sa conduite, tout en douceur nous a ramenés à Lyon à l’heure prévue. Ce fut une belle journée imprévisiblement ensoleillée.





Rédigé par Ghislaine Clavel, Auxiliaire.


=========================


SORTIE DES AUXILIAIRES DE LYON LE 21 JUIN 2014


En ce premier jour de l’été merveilleusement ensoleillé, nous prenons la direction du mythique BEAUJOLAIS.
En route, nous traversons les Monts d’Or, et notre chauffeur nous rappelle, ou nous apprend, que le précieux métal n’a rien à voir avec cette dénomination due au mot celte « dour » qui signifiait « eau ».
En effet la qualité de l’eau de ce petit massif fut très vite reconnue et, dès l’époque romaine, un aqueduc fut construit pour acheminer l’eau à Lyon.
Les principaux sommets de ces monts d’Or sont le Mont Verdun où l’armée de l’air a installé un très important centre de contrôle aérien, le Mont Thou et le Mont Cindre, le plus proche de Lyon qui fait le bonheur des Lyonnais le dimanche.
Puis nous traversons Villefranche- sur- Saône dont tous les Lyonnais savent que les habitants s’appellent les CALADOIS.
Ce nom vient du mot occitan « calada » qui désigne une rue à galets. En effet, le parvis de l’Eglise Notre Dame des Marais fut pavée de galets du Rhône jusqu’en 1990.
Et nous arrivons très vite chez LUDO et MARIE, un couple d’agriculteurs fort sympathiques ayant chacun sa spécialité :
lui, vigneron sommelier; elle, boulangère. Ils possèdent 4 hectares de terrains pierreux sur lesquels ils cultivent la vigne et 4 hectares de terrains limoneux où ils cultivent le blé.



photo

Découverte d'un cep de vigne


Ils ont installé tout le matériel nécessaire pour l’exploitation du raisin en vue de la confection d’un bon vin rouge dénommé « Beaujolais Villages » ainsi que d’un rosé et un blanc : grandes cuves en inox et pressoir.
Dans un autre local un moulin à meule de pierre va moudre le blé de leur production pour fournir la farine avec laquelle Marie va faire son pain qu’elle fait cuire dans un vieux four féodal. Après quoi, elle part au marché du village vendre ses miches dorées.



photo

Marie près de son four à pain


Pendant que Marie était au marché, Ludo nous a fait un petit cours sur la macération dite « beaujolaise » du raisin pour produire le fameux BEAUJOLAIS.
En effet, contrairement aux autres procédés de vinification, le raisin est mis à macérer entier avec la grappe dans les grandes cuves d’ou l’on extrait ce qu’on appelle « un jus de tire ». Après quoi, le marc restant constitué de la peau des grains et de la grappe est passé au pressoir pour donner « un jus de presse ». On effectue alors un mélange de 3/4 de jus de tire avec 1/4 de jus de presse pour obtenir « le Beaujolais ».



photo

Ludo devant ses cuves

photo

Tout le monde est attentif aux explications de la vinification par Ludo

photo

Vue de la cave voûtée


Puis Ludo nous a accompagnés dans une grande cave voûtée où des tables installées nous attendaient pour le déjeuner.
Mais avant tout, il nous a initiés à la dégustation du vin, nous apprenant à le humer avant de boire pour en apprécier les parfums. Nous avons ainsi goûté un vin blanc et un rosé avant de déguster un vin cuit de sa fabrication en guise d’apéritif avant le repas qu’ils nous avaient préparé avec les produits naturels de leur production :
terrine campagnarde avec salade du jardin extrêmement goûteuses puis bœuf confit cuit 7 heures dans le four à pain, et gâteaux sablés et croquants toujours cuits au four à pain.
Tout le monde s‘est régalé et nous avons été conviés au four à pain où Marie finissait la cuisson de petits pains qu’elle a remis, tout chauds, à chacun de nous.
Nous sommes remontés dans notre car et, avant notre départ, Ludo et Marie sont venus nous chanter en duo une chanson de Bobby Lapointe et furent applaudis avec enthousiasme.


Et nous voilà partis pour un tour du Beaujolais en compagnie d’une guide qui expliquait en détail les paysages traversés.
Nous avons ainsi traversé la région des grands crus : Le mont BROUILLY qui a donné son nom au Brouilly et Côtes de Brouilly, sur lequel a été élevée une chapelle à la vierge pour la prier d’éloigner les maladies comme le phylloxéra qui a ravagé les vignes au 19ème siècle puis, MORGON, CHIROUBLES et FLEURIE où nous avons admiré une superbe fresque représentant des vendangeurs en action au pied de la colline.



photo

Une vue du Beaujolais

photo

Photo de la fresque à Fleurie

photo

Une vue des vignes du Beaujolais


Nous sommes redescendus vers Romanèche-Thorins sans aller au pays des autres grands crus bien connus : MOULIN A VENT, CHENAS, JULIENAS et SAINT AMOUR.
Nous arrivons alors à St Jean d’Ardières ou un petit arrêt est prévu chez BOBOSSE, spécialiste de la fameuse andouillette « tirée à la ficelle » d’où nous avons rapporté des gourmandises charcutières.



photo

photo prise pendant la halte chez Bobosse

Notre périple s’arrête là et c’est tout content que chacun rentre à Lyon après cette journée de gourmandises diverses.




Rédigé par Ghislaine Clavel, Auxiliaire.


=========================

SORTIE DANS LE JURA DU 21 Septembre 2013


Ce jour du 21 Septembre 2013, le temps est au beau fixe pour notre sortie dans le Jura.
Avec une demi-heure de retard, nous partons pour une grande journée : dégustation dans une cave suivie d’un déjeuner et d’une promenade sur le lac de Vouglans.
C’est dans la cave Levernois que nous dégustons (avec modération) des vins de la région : Crémant, Chardonnay blanc, vin de paille, vin jaune, Etoile accompagnés de morceaux de délicieux Comté.
Puis direction l’Auberge Fleurie où nous attend un excellent déjeuner élaboré avec les vins du Jura et le Macvin (apéritif à base de marc et de vin jurassien).



photo

Une vue des convives à table

photo

Une autre vue à l'auberge


Nous repartons rapidement pour rejoindre le lac où, malheureusement, le bateau n’a pu nous attendre en raison de notre retard pris dès le départ.
Cependant, nous avons pu admirer une partie de ce lac immense : 30km sur 800m.



photo

vue du lac avec le pont et bateaux de plaisance

photo

Photo d'un groupe près du lac

photo

Photo d'un autre groupe avec vue sur les collines


C’est un lac artificiel, créé en 1968 par la mise en service du barrage de Vouglans sur l’Ain.
C’est avec grand regret que nous reprenons le car, très heureux quand même de cette belle journée.

Sylvie Gauthier



=========================




FÊTE DU 50ÈME ANNIVERSAIRE DE NOTRE ASSOCIATION

En ce samedi 6 avril, avait lieu le 50ème anniversaire de l’association « Auxiliaires des aveugles ».
Le rendez-vous était fixé à 10 h, à la mairie du 6ème arrondissement.
En présence de Dominique Nachury, député et conseillère générale, de Nicole Graziani conseillère municipale chargée des associations, de Thomas Meyer président national de notre association, Régine Salle présidente de la délégation lyonnaise, a pris la parole pour remercier les personnes présentes d’être venues ce matin malgré le temps plutôt froid.



photo

une photo des participants à la Mairie


photo

Discours de D.Nachury en présence de T.Meyer et de R.Salle


photo

une autre photo de l'assemblée à la Mairie


Dominique Nachury a rappelé l’historique de notre association et a beaucoup remercié les bénévoles pour l’ aide qu’ils apportent aux déficients visuels.
Thomas Meyer a rappelé qu’à Paris l’anniversaire aura lieu le 1er Juin à la Mairie du 15ème à partir de 14h avec, entre autre, une conférence du Professeur Yves Pouliquen sur les progrès en ophtalmologie et que tous sont cordialement invités.

Pour terminer, Yves Andreoletti, Président de « Voir ensemble », a décerné la médaille du Père Côte (fondateur de la villa Saint-Raphaël) à Régine Salle, qui, avec les membres du bureau, après bien des efforts et beaucoup de disponibilité a réussi à mettre en place une délégation importante à Lyon.



photo

Y.Andréoletti remet la médaille du Père Côte à R.Salle


photo

Régine Salle avec la médaille


photo

De gauche à droite: N.Graziani, N.Cachard, D.Nachury, T.Meyer, R.Salle, JJ.David

M. le Maire, Jean-Jacques David, pris par ses obligations, nous a assuré de sa présence pendant le cocktail qui a suivi où tous ont apprécié de partager ce moment de rencontre en dégustant petits fours et verre de l’amitié.
A 12h, un car nous attendait pour aller déjeuner dans la Dombes à St Triviers sur Moignans. L’accueil au restaurant fut chaleureux et le repas excellent autour du thème de la truffe.



photo

Convives au restaurant


photo

Notre trésorière N.Cachard en plein travail


photo

R.Devinant à la clarinette


photo

R.Salle et T.Meyer conversant à table


photo

Y.Andréoletti, M. Lavenir, J.Martinand à table


L’après-midi se poursuivit en compagnie du chanteur Michel Monaco qui interpréta des chansons connues de tous et invita chacun et chacune à chanter et danser dans une ambiance très joyeuse.
Il nous fit la surprise d’appeler Mick Micheyl qui nous adressa un bonjour depuis sa maison de retraite.


Michel Monaco se déplace dans la salle pour faire chanter:


photo

B.Augé


photo

M.Lavenir


photo

J. Malosse


En fin d’après-midi, nous sommes rentrés à Lyon ; chacun se souviendra de cette belle journée.



photo

Tout le monde a participé à "la chenille"!



==========





SORTIE DU 29 SEPTEMBRE 2012


Nous partons ce matin là avec la pluie mais nous ne sommes pas tristes car le programme a prévu un déjeuner suivi d’un récital des chansons de Jean Ferrat.
Nous arrivons très vite dans une ancienne ferme de la Dombes près de Villars les Dombes et prenons place autour de grandes tables rondes joliment décorées.



photo

photo de la salle du restaurant


photo

Vue d'une table de convives


Avant que soit servi le repas, notre attention est demandée pour honorer deux Auxiliaires dont le dévouement remonte à plus de 20 ans, Mesdames Chanel et Repellin.
Fleurs et médailles sont remises sous les applaudissements de l’assemblée.



photo

Une photo de Mesdames Chanel et Réplin, mises à l'honneur en compagnie de Mesdames Salles et Cachard


Puis nous avons dégusté un délicieux repas où les produits de l’Ardèche, comme la châtaigne et le fromage de chèvre, se sont glissés en l’honneur de Jean Ferrat.
Enfin est arrivé Michel Monaco interprétant les grands airs connus de tous qu’il nous a invités à reprendre en chœur. Tous nos amis non-voyants qui aiment tant la musique s’y sont employés de bon cœur.
Michel repéra vite les plus enthousiastes et tendit son micro tour à tour à Céline, Michèle, Josette, Anita et encore Thérèse.
L’ambiance fut très chaleureuse et tous se montrèrent très heureux.



Photo

photo du chanteur face à son public


photo

On voit Anita qui chante avec Michel Monaco


Puis Michel invita les amateurs de danse à envahir la piste et fit passer quelques airs entraînants pour les y encourager.
La joie était totale et il fallut bien terminer cette belle journée et reprendre le bus pour regagner nos foyers, mais nous avons gardé le cœur joyeux pour longtemps en attendant la surprise de la prochaine sortie.




============


SORTIE DE PRINTEMPS DU 9 JUIN 2012


La chance nous sourit ce matin du 9 juin 2012 car exceptionnellement cette année, il fait beau temps.
Nous sommes nombreux pour cette sortie qui nous emmène dans le Bugey, au pied du Grand Colombier, la montagne principale de la région.
Notre premier arrêt sera au petit village de LAVOURS pour y visiter une cuivrerie. Le propriétaire nous décrit, avec beaucoup d’enthousiasme, la pratique de son métier sans oublier de rendre hommage à son Père qui l’a formé, à la dure, pour son plus grand bien entraînant la réussite de son entreprise et le succès de ses créations.



photo

Notre groupe très attentif aux explications


photo

L'artisan est attaché avec un harnais à son établi pour façonner son pied de lampe


photo

fabrication d'un pied de lampe en cuivre



Nous avons découvert les petites cloches, au son si cristallin, les lampes à huile d’autrefois, les chevaux dans les postures les plus fières, et toutes sortes d’objets sympathiques : dessous de plats, range courrier, porte parapluies, pots à crayons, crochets à torchons etc.
Nos amis ont pu toucher et apprécier toutes ces réalisations et les messieurs ont demandé à tenir en main les outils impressionnants utiles à leur confection.



photo

photo de notre présidente avec un gilet porte parapluie et un chapeau en cuivre



Un magasin, proche de l’atelier, nous a permis d’acquérir un petit souvenir de cette belle visite.
Puis le déjeuner nous attendait dans une ferme voisine où quenelles, volaille à la crème accompagnée de gratin dauphinois ont réjoui les papilles.



photo

vue de la façade du restaurant où nous allons déjeûner


photo

On voit Christiane, Jean et Régine parmi d'autres convives


Et en route, à nouveau, pour CHANAZ au bord du Canal de SAVIERE.
Nous commençons par la visite d’une brûlerie de café avec dégustation, où nous sont expliqués les origines des différents cafés et les procédés de torréfaction.
le magasin attenant regorge de gourmandises auxquelles chacun a succombé : en plus des cafés, on y a trouvé des thés de toutes sortes, des chocolats aux multiples ingrédients, des miels et confitures et des sirops de fruits.
Mais dépêchons nous. Le bateau nous attend sur le canal pour une petite croisière.
Ce canal, de 4,5Km de long, relie le Rhône au lac du Bourget.



Départ sur le canal de Savière


photo

Sur le bateau Georges et Jean entourés d'autres personnes


photo

Vue du bateau


Et c’est vers le lac que nous nous dirigeons, dans le plus grand silence, grâce à la propulsion électrique de notre bateau.
Nous croisons de nombreux plaisanciers dans différentes embarcations, des plus petites aux plus somptueuses.
Le commandant nous explique en détail ce que nous découvrons : forêt composée de multiples espèces, peupleraie remarquable, maisons anciennes, cygnes et leurs bébés de duvet gris, poules d’eau et foulques.



photo

nous croisons d'autres bateaux sur le canal


photo

Une cascade sur le canal


photo

Une famille de cygnes, les bébés cygnes avec le premier plumage gris.


Puis nous atteignons le lac du Bourget qui dévoile au loin la célèbre abbaye de Hautecombe, la montagne du Revard au pied duquel se love Aix les Bains, la colline de la Chambotte et le joli petit château sur son rocher.
Le vent souffle sur le lac et le bateau est un peu chahuté, à la grande joie de nos amis qui aiment ressentir de telles sensations!
Après un demi tour, nous reprenons notre canal qui nous ramène à Chanaz où nous attend notre car pour nous ramener à Lyon.



photo

Nous revenons sur la terre ferme


Personne ne se plaint qu’il faille déjà rentrer car la journée a été bien remplie, très intéressante et sans grande fatigue.
C’est donc le cœur joyeux que tous ont repris le chemin du retour en se souhaitant « Bonnes vacances » en attendant la prochaine sortie déjà programmée pour fin Septembre.
Ghislaine Clavel, auxiliaire




============


Sortie du 15 octobre 2011 en Ardèche


Pas une place de libre dans le car ce matin là pour une petite escapade en Ardèche. Tous les habitués de ces petites sorties se retrouvent avec joie. Et nous prenons l’autoroute du soleil en direction de PRIVAS. Nous retrouvons alors, en allant vers AUBENAS, une petite route qui serpente dans les collines aux superbes couleurs d’automne.


Photo d'un beau paysage ardèchois

Nous découvrons les paysages de l’Ardèche sauvage : pierres, issues des couches calcaires déposées par la mer il y a plusieurs millions d’années, qui servent à construire les maisons d’aspect massif, constituées en général de trois étages orientés au sud: le rez-de-chaussée servant à loger les bêtes et ranger le matériel agricole, le premier étage consacré à l’habitation et le deuxième servant de grenier pour emmagasiner les récoltes.
Puis une végétation méridionale : thym, romarin et autres herbes sèches qui font le bonheur des chèvres à l’origine du fameux fromage de PICODON, mais aussi les châtaigniers et les chênes blancs.
Nous passons devant une maison dont l’entrée arbore une branche d’arbre sèche, tradition encore respectée dans la région signalant la présence dans la maison d’une jeune fille de 20 ans à marier. Une grande fête est organisée la nuit du 1er Mai et ce sont les jeunes gens du pays qui vont couper du peuplier pour le fixer à la porte de la demoiselle et celui ci y reste toute l’année sauf si la belle se marie.
Nous sommes au pays de Jean Ferrat et d’Hugues Aufray et nous comprenons leur choix d’habiter ce pays plutôt que nos villes surpeuplées.
Et voici la première halte pour la visite d’une biscuiterie de châtaignes.


enseigne de la biscuiterie illustrée avec des châtaignes

photo prise à l'intérieur de la biscuiterie

Nous remontons dans le car les bras chargés de gourmandises en direction d’un petit village nommé LUSSAS où le restaurant LA RIBOTE (ce qui signifie faire la fête) nous attend. Le temps d’un bon repas bien arrosé en compagnie d’amis et d’un petit tour de danse et il nous faut repartir pour revenir à nos préoccupations citadines.


photo d'une table du restaurant La Ribote

Un petit tour de danse avant de repartir!

Nous avons pris un grand bol d’air campagnard accompagné d’un soleil resplendissant et, une fois de plus, cette sortie aura enchanté tous ses participants.
Ghislaine CLAVEL



SORTIE à LONS LE SAUNIER le 21 MAI 2011


Il faisait un temps d’été ce matin là quand tout le monde arriva, le coeur joyeux, à 8 heures du matin pour partir en direction du Jura. Le but de notre excursion, ce jour là, était LONS-LE-SAUNIER, où les fromageries BEL viennent d’ouvrir, à l’occasion de ses 90 ans, la MAISON de la VACHE QUI RIT.
Accueillis par une charmante hôtesse, nous avons tout appris de ce fromage connu de tous :
sa création en 1921 par Léon BEL au retour de la guerre de 14 d’après un procédé découvert en Suisse
l’évolution des images avant qu’elle ne devienne celle que connaît le monde entier aujourd’hui, créées par l’ami connu à la guerre, Benjamin Rabier
et l’origine de son nom dû à une boutade moqueuse envers les Allemands arborant fièrement leurs WALKYRIES, transformées alors en WACHKYRIES, francisé en VACHE QUI RIT par Léon Bel.
Il ne nous fut rien caché des procédés de fabrication et des produits utilisés. Nous avons découvert des machines, anciennes et modernes et toutes les traductions de la Marque dans le monde entier.
Ensuite, par de petites routes escarpées, notre car nous a emmenés dans un petit village jurassien où le déjeuner nous attendait. Composé de délicieuses « cochonnailles » du pays ce repas fit le bonheur de tous et se termina par une après-midi dansante que beaucoup ont apprécié.



 Photo prise pendant le repas à l'auberge


Et sur la route du retour, nous avons eu confirmation que, dans ce pays, la vache est reine et avons dû lui céder le passage. Le retour fut très gai et arrivés à Lyon,nous nous sommes donné rendez-vous à la rentrée, chacun ayant des projets de vacances vers des horizons variés.




SORTIE AU PUY EN VELAY DU 20 JUIN 2010


Nous sommes 58 ce matin et n’avons jamais été si nombreux pour notre escapade printanière qui se fait cette année en direction du PUY EN VELAY. Le temps n’est pas très engageant, brumeux et frais, mais la joie de se retrouver tous ensemble, réchauffe les cœurs et fait oublier les caprices de la météo.
Arrivés au PUY, par une route très pittoresque à partir de St Etienne, nous sommes attendus au musée de la Dentelle où un diaporama nous explique l’origine de l’implantation de la fabrication de la dentelle remontant vraisemblablement au 15ème siècle à l’époque des Colporteurs. Une démonstration nous est faite par une jeune femme très habile avec son « carreau » sur les genoux jonglant vivement avec ses nombreux « fuseaux ».
Après cette intéressante visite, nous retournons vers notre car, en admirant en haut de la rue, l’imposante cathédrale qui nous domine. Puis nous arrivons à l’aéroport où une grande table en U nous attend pour un délicieux déjeuner. Enfin, arrive l’heure, tant attendue pour certains d’aller voler dans ce petit avion qui nous attend.


personnes ayant fait un baptême de l'air avec le moniteur et vue de l'avion

La pluie qui commençait à tomber a failli annuler l’opération mais la générosité et la compétence de ces jeunes pilotes ont permis à tout le monde de jouir de l’expérience. Pendant ce temps, d’autres retournaient au PUY pour en faire la visite guidée à bord du petit train touristique de la ville. Ils ont découvert le Rocher Corneille sur lequel domine la Vierge, Notre Dame de France, l’Eglise Saint Michel sur son pic basaltique de 80 mètres de haut, et la Cathédrale Notre Dame de style roman d’influence byzantine au sommet de la Ville Haute.


vue de la chapelle St Michel au sommet d'un rocher

Mais le temps passe vite et nous nous retrouvons tous dans le car sous une pluie battante qui ne nous a pas empêchés de réaliser en entier le programme prévu. Nous rejoignons Lyon en nous souhaitant mutuellement de bonnes vacances en attendant le plaisir de nous retrouver au mois d’Octobre.




Contact


POUR TOUTES VOS DEMANDES, REMARQUES OU SUGGESTIONS, ENVOYEZ UN E-MAIL A :


auxiliaires.lyon@wanadoo.fr_


Renseignements complémentaires au : 04-78-52-89-38.


Retour au Sommaire